A VENIR EN 2017

Au commencement, il y a des mots.

Des mots jetés comme ça, dans un vieux cahier.

Des mots arrangés, comme le rhum.

Des mots qui racontent des histoires.

Pas vraiment autobiographiques, non.

Mais, pas vraiment étrangères.

Il y a des rêves, des espérances déçues, des convictions inébranlables.

Il y a des souvenirs inventés, du vécu en conserve.

De la vie qu'on garde en rimes, pour ne pas l'oublier.

Evidemment, il y a un accordéon.

Pour le souffle.

Pour le vent.

Pour la respiration.

Pour la bonne note.

Il y a du vivant, de l'humain.

Des corps, des bras, des doigts, de la sueur.

De la mélancolie, des rires.

Du sérieux, du grave, du farfelu.

Tout emberlificoté.

Et puis, il y a des gens dans le noir.

Et alors là, c'est un peu…

Comme on se jette à l'eau.